Prologue

17 Mars 2005, Evreux, France.

Le vent est froid, la piste est humide mais derrière mon volant, je ne ressens que la chaleur, la température élevée de l’adrénaline que seule la course peut procurer aux plus passionnés. Devant moi, le leader de la course subit ma pression terrible, je sens ses trajectoires hasardeuses et quelque peu glissantes. Il reste deux tours. Extérieur, intérieur, aspiration… j’ai écœuré l’ensemble des pilotes pour remonter jusqu’à cette deuxième place sans vraiment trembler mais là, il n’en reste qu’un, le meilleur selon mon père. Celui-ci m’encourage, je l’entends crier mon prénom à chaque passage sur la ligne de départ. « Vas-y mon fils, bouffe le ! ». C’est le dernier tour. Longue courbe à gauche pied au plancher avant un virage à gauche très serré. J’ai observé mon adversaire, c’est à l’extérieur que je devrais passer car il ne laisse aucune porte ouverte. Je suis à l’aspiration, je me décale à droite, il sent ma présence, retarde son freinage et se déporte à l’extérieur ! J’anticipe son erreur et plonge à l’intérieur avec un freinage maîtrisé jusqu’au bout. Ce n’était pas le plan prévu mais l’adaptation fait partie des qualités d’un pilote. Je franchis la ligne d’arrivée le premier. Mon père vient me serrer dans ses bras.

Je m’appelle Esteban, Esteban Ocon. J’ai neuf ans et demi et je viens de gagner ma première course de karting au niveau national.

 

10 Novembre 2016, Sao Paulo, Brésil

                Quel plaisir de rouler au Brésil, je me souviens de tous les grand-prix que j’ai pu regarder avec mon père. Je suis pressé d’entamer les essais dès demain avec la Manor. Certes, ce n’est pas la voiture de mes rêves mais c’est suffisant pour embêter Pascal, mon coéquipier. Après tout, je ne suis là que depuis quelques courses, je ne peux pas être trop exigeant, c’est à moi de montrer au monde entier que je suis un pilote confirmé malgré mon jeune âge. Alors que j’étudiais la piste sur le jeu F1 2016 avec le simulateur de l’écurie, mon agent m’envoie un message pour me fixer un rendez-vous d’ici une heure. Je le retrouve à la terrasse d’un café brésilien. Il me fait part des difficultés financières de l’écurie et de ses inquiétudes pour mon avenir chez eux. Il doit me présenter quelqu’un qui s’intéresse à mon pilotage. L’homme arrive avec un polo gris et noir, agrémenté de vert et d’orange. Je reconnais tout de suite Shahrukh Khan, l’ambassadeur de Force India, je l’ai souvent croisé dans le paddock. Je suis très attentif à son discours et je finis par comprendre que s’il est là, c’est parce que l’écurie est en quête d’un pilote pour la saison prochaine.

images

                « Sergio arrive au bout de son contrat et il nous a fait part de ses envies d’ailleurs pour l’avenir. Tu es dans nos plans depuis bien longtemps. Si je suis ici, c’est pour te transmettre une offre. Nico sera notre pilote numéro un cette saison et tu es notre premier choix pour l’épauler. Nous sommes ambitieux et tu auras une voiture qui répondra aux attentes des meilleures pilotes d’ici quelques mois. »

L’offre est alléchante. Après une heure de discussion et de réflexion, nous décidons que nous n’avons pas besoin de plus de temps et appelons les dirigeants de nos deux écuries pour convenir d’un accord.

www.Old Car On Line.free.fr |
TMT Web - Le Blog |
Leboxaffaire Boutique ebay |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Needleperu5
| Prestige Net'Auto
| Peinturenoiremate2